Spams QuelleEnergie.fr et BoucherieLevy.fr

Des spams usurpant QuelleEnergie.fr et BoucherieLevy.fr vous invitent à consulter une facture. Celle-ci contient un virus qui peut affecter votre ordinateur.

Nous quittons quelques instants notre série estivale sur les photos les plus usurpées par les brouteurs, pour sensibiliser les internautes sur la circulation de spams en ce moment même. Ces spams émanant de QuelleEnergie.fr et BoucherieLevy.fr invitent à consulter une pièce jointe, qui se trouve être porteuse d’un virus informatique.

Cette pièce jointe est un document Word au format .doc qui contient un cheval de Troie qui se classe dans la catégorie des W97M, des logiciels indésirables à l’intérieur de document Word depuis la version Word 97.

  •  Spam venant de QuelleEnergie.fr

L’e-mail se présente sous la forme du titre suivant : « [QuelleEnergie.fr] Facture du 31/07/2015 » avec un expéditeur s’affichant comme « Service Partenaires – QuelleEnergie.fr ». La pièce jointe s’intitule QuelleEnergie-FW2015-02093.doc

Le contenu du texte est le suivant :

>Quelle Energie, votre conseiller en économie d’énergie.
Bonjour,
Vous trouverez ci-joint la facture du 31 Juin 2015 d’un montant de 39,00 € HT, soit 46,80 € TTC , pour les projets Quelle Energie.
Conformément aux conditions de paiement de notre contrat de partenariat, le paiement de cette facture s’effectuera par prélèvement vers le 25 Juillet 2015 .
Nous vous remercions de votre confiance et restons à votre disposition pour toute question,
———————–
Le Service Partenaires
partenaires@quelleenergie.fr
01 73 00 67 80

Les plus attentifs d’entre vous auront noté la date du 31 juin 2015 qui n’existe pas (le mois de juin ne faisant que 30 jours) alors que le titre fait référence à une facture du 31 juillet 2015, date non atteinte puisque nous sommes aujourd’hui le 20 juillet 2015.

Sur le site de la société, on peut trouver un message d’alerte sur la première page, redirigeant vers une page annexe qui détaille la campagne de spam usurpant son identité et dont elle a été victime. Il ne s’agit pas vraiment de phishing, le but des spams étant davantage la diffusion d’un virus que la collecte d’information personnelle par ruse.

quelleenergie

  • Spam venant de BoucherieLevy

Le mail reçu s’intitule « Votre facture 153268 du Mer. 15 Juil. 2015 » envoyé par jerrylevy. La pièce jointe s’intitule Facture_153268.doc et contient elle aussi un virus de type W97M. Le contenu plus court que dans le cas de QuelleEnergie est le suivant :

Vous trouverez en pièce jointe de cet email la facture n° 153268 correspondant à votre commande.
Nous restons à votre disposition.
Cordialement.
Jerry LEVY

Dans les deux cas, on peut noter le bon niveau de français employé. De plus, le contenu est similaire aux e-mails légitimes que peuvent recevoir professionnellement ceux qui travaillent dans des bureaux. N’ayant pour la plupart d’entre nous pas traité avec ces sociétés, on a vite fait de double-cliquer sur la pièce jointe pour vérifier l’objet de la facture en question.

  • Que faire si vous avez ouvert la pièce jointe ?

Si vous avez ouvert le fichier .doc en attachement, le virus va commencer à s’infiltrer dans votre ordinateur. Comment faire pour l’enlever ? Pas de panique, utilisez votre anti-virus. Si vous n’en n’avez pas, vous pouvez également réaliser un scan en ligne. Les plus grands fournisseurs d’anti-virus proposent cette possibilité. Il convient de télécharger un petit programme depuis leur site internet et de laisser faire l’analyse. Et ensuite équipez-vous d’un anti-virus pour éviter qu’une telle mésaventure se reproduise.

Les tribunaux de proximité prolongés de 2 ans

Les tribunaux de proximité qui devaient prendre fin le 1er janvier 2013 ont été prolongés jusqu’au 1er janvier 2015.

Capable de juger des litiges dont le montant étaient inférieur à 4000€, les tribunaux de proximité étaient très sollicités dans le cas d’arnaques sur internet, et pourront donc l’être encore pendant 2 ans.

Marteau de justice des tribunaux de proximitéLa loi du 13 décembre 2011 prévoyait la fin des tribunaux de proximité pour le 1er janvier 2013. Le 24 décembre 2012, une autre loi est venue modifier cette date de fin en la repoussant de 2 ans.

Ces juridictions sont compétentes pour juger des affaires dont le montant du litige ne dépasse pas 4000€. La saisie de ce tribunal en fait le recours adapté à vos contentieux avec un site de vente par internet et contre un escroc qui vous aurait dépossédé de votre argent.

Le report de la date de disparition des tribunaux de proximité a été motivé par le besoin d’un délai supplémentaire pour une réflexion plus poussée sur la réorganisation de la justice.

N’hésitez pas à faire appel à cette juridiction pour vos litiges avec les sites de vente sur internet par exemple. Avec ou sans l’assistance d’un avocat, les tribunaux de proximité sauront rendre un jugement dans le cadre de votre plainte, si celle-ci ne porte pas sur un montant supérieure à la somme de 4000€.

Attention toutefois, la justice française fonctionne bien avec les plaintes contre une personne française, que cela soit une personne privé ou un représentant d’un organisme. Si vous avez affaire à un escroc situé à l’étranger, il sera nettement moins évidemment que votre plainte aboutisse à un jugement, et donc encore moins à une éventuelle condamnation.

De nombreux escrocs ont compris cette situation et tentent de piéger des occidentaux depuis leur pays de résidence, souvent très éloigné.

Remboursement en cas d’opération de paiement non autorisée : L’article de loi L133-18 et non le L132-4

L’article L133-18 du Code Monétaire et Financier impose un remboursement immédiat en cas de paiement non autorisé.

On lit souvent sur d’autres sites que l’article de loi qui traite des conditions de remboursement des sommes prélevées par l’utilisation frauduleuse de données bancaires est le L132-4 du Code Monétaire et Financier. Hors celui-ci a été abrogé par l’ordonnance n°2009-866 du 15 juillet 2009.

article de loiL’article en vigueur depuis le 1er Novembre 2009 (et modifié le 03 juillet 2010) est l’article L133-18 du Code Monétaire et Financier. La principale évolution consiste dans le fait que la banque doit vous rembourser immédiatement et non plus dans un délai d’un mois.

Texte en vigueur : L133-18 du Code Monétaire et Financier :

En cas d’opération de paiement non autorisée signalée par l’utilisateur dans les conditions prévues à l’article L. 133-24, le prestataire de services de paiement du payeur rembourse immédiatement au payeur le montant de l’opération non autorisée et, le cas échéant, rétablit le compte débité dans l’état où il se serait trouvé si l’opération de paiement non autorisée n’avait pas eu lieu.

Le payeur et son prestataire de services de paiement peuvent décider contractuellement d’une indemnité complémentaire.

L’ancien article : L132-4 du Code Monétaire et Financier :

La responsabilité du titulaire d’une carte mentionnée à l’article L. 132-1 n’est pas engagée si le paiement contesté a été effectué frauduleusement, à distance, sans utilisation physique de sa carte. 

De même, sa responsabilité n’est pas engagée en cas de contrefaçon de sa carte au sens de l’article L. 163-4et si, au moment de l’opération contestée, il était en possession physique de sa carte.

Dans les cas prévus aux deux alinéas précédents, si le titulaire de la carte conteste par écrit avoir effectué un paiement ou un retrait, les sommes contestées lui sont recréditées sur son compte par l’émetteur de la carte ou restituées, sans frais, au plus tard dans le délai d’un mois à compter de la réception de la contestation.