Arnaque Covid-19 : Faux courriel de remboursement d’impôts

Un remboursement d’impôts de 498.87 euros en dédommagement du confinement ? Malheureusement, il s’agit d’une arnaque

Avez-vous reçu un e-mail des impôts vous indiquant que vous pouvez bénéficier d’un remboursement d’impôts de 498.87 euros ? Si c’est le cas, mettez directement ce courriel dans la poubelle, il s’agit de phishing visant à obtenir des informations personnelles comme des données bancaires par exemple.

Des escrocs profitent à la fois de la pandémie de Covid-19 et de la période de déclaration des revenus pour lancer une nouvelle campagne de phishing. Ils se sont fait passer pour un service gouvernemental et ont envoyé un grand nombre de courriels à travers la France. Ce courriel indique que les contribuables français sont éligibles à un remboursement d’impôts. Quelle aubaine en ces temps difficiles et incertains !

Pour en bénéficier, les escrocs invitent alors les internautes à cliquer sur un lien qui redirige sur un autre site. Ce site en question imite alors une page officielle du gouvernement. Puis, les internautes sont invités à renseigner leurs coordonnées bancaires afin de pouvoir bénéficier du remboursement d’impôts de 498.87 euros.

remboursement d'impôts
Crédit : https://twitter.com/cybervictimes

Mais il s’agit d’une arnaque. Au lieu de recevoir un remboursement d’impôts, les personnes qui auront donné leur numéro de cartes bancaires se verront prélever de l’argent indument et probablement impunément.

Soyez toujours vigilant quand vous recevez un courriel non sollicité vous annonçant une surprenante bonne nouvelle ! Pour déjouez ces tentatives d’arnaques, ayez les bons réflexes :

  • Un mail qui commence par « cher client/cliente » au lieu d’utiliser votre nom de famille est mauvais signe
  • Des fautes d’orthographe ou un français douteux sont rédhibitoires
  • L’adresse du site internet doit être familière. Dans le cas de cette tentative hameçonnage, le site utilisé est dgfipfinances.org (visible dans la barre tout au haut de votre navigateur). Il s’agit d’une imitation du site officiel du gouvernement.

Si toutefois vous avez rentré vos informations bancaires sur le site en question, faites immédiatement opposition sur votre carte bleue. Ceci évitera d’éventuel prélèvements à venir.